Katori Shinto Ryu

Programme

Une image

IMG_0150.JPG
Qu'est-ce que le Kobudo de l'école Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu?


Ko-Budo signifie « Art martial ancien » et le grand public assimile souvent à tort ce terme aux techniques d'armes d'Okinawa (Nunchaku, Tonfa, Sai en particulier). L'école Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu a été fondée au milieu du XVe siècle par un guerrier japonais du nom de Iizasa Choïsaï Ienao. Ses héritiers et descendants ont continué à enseigner et à développer cette doctrine militaire. Cette école est aujourd'hui la plus ancienne des écoles traditionnelles de sabre au japon.
L'enseignement de base se décline en plusieurs modules :

  • Le travail du sabre, qui comprend le ken jutsu (escrime au sabre), iai-jutsu (art de trancher), le kodachi-jutsu (sabre court), le ryoto-jutsu (utilisation simultanée de 2 sabres),
  • Le travail du bâton long (1m80, bo),
  • Le travail de la lance de combat (2m70, naginata),
  • Le travail de la grande lance (3m, Yari )

Dans sa pratique de l'Aikibudo, Maître Alain Floquet, a renoué les liens avec les écoles traditionnelles Japonaises et en particulier il est devenu le disciple de Maître Sugino Yoshio (10ème Dan Katori Shinto Ryu, 1904-1998). Pour assurer le développement de cette école d'armes traditionelles, Maître Floquet a créé (en 1983) la Fédération de Katori Shinto Ryu (FKSR). Celle-ci délivre des grades officiels, validés par l'école mère Japonaise et reconnus dans le monde entier. Bien que le Katori Shinto Ryu soit inclus de manière implicite dans le programme de l'Aikibudo, il est aussi une discipline autonome qui est accessible à tous, éventuellement en complément d'un autre art martial. Néanmoins sa pratique est suffisamment riche pour constituer à elle seule une formation physique et mentale complète aux situations de combats.


alt



 
La pratique

Le pratiquant porte un « keikogi » blanc (type judo, parfois appelé improprement « kimono »). La progression technique est caractérisée par l'obtention de «kyu» puis de «Dan». A partir du grade de 1er Dan, le pratiquant porte de plus un «hakama» (pantalon noir souple traditionnel japonais) et une veste de couleur bleue. Art martial sans épreuves de compétition, le « Katori Shinto Ryu » peut être pratiqué par tous (sauf contre indication médicale) grâce à une progression technique appropriée et adaptée à chaque individu. L'enseignement s'effectue sous la forme de l'apprentissage de combats codifiés (« Katas ») entre deux partenaires utilisant des armes en bois. Par contre le Iai-do, qui se travaille en général seul, se pratique avec un vrai sabre (« Katana »). Le programme du « Katori Shinto Ryu » comporte l'étude de plus de 60 « katas » utilisant les 6 armes de base.

Dans cette forme de travail de combats codifiés (« Katas »), il y a 2 rôles, l'élève et le professeur. Le professeur joue toujours le rôle du vaincu pour enseigner à l'élève la maitrise physique et psychique de soi. Cette maitrise comprend le maniement des armes, les déplacements de corps, les distances, les opportunités d'attaque et de contrôle, la respiration. Le but du travail est de rendre l'élève disponible pour s'adapter à n'importe quelle situation de combat. Ces Katas étaient souvent gardés secret à l'intérieur d'une école et montrés à l'extérieur avec de nombreux leurres, ce qui est aujourd'hui source d'incompréhension et de nombreuses erreurs. A mesure que les anciens disparaissent, le sens premier et réel d'un Kata peut être oublié et perdu.


 
Cadre Technique

La Fédération de « Katori Shinto Ryu » (FKSR) assure l'enseignement et le développement de cet art martial, par délégation de l'autorité Japonaise (« soke »). La direction technique nationale est assurée par Maître Floquet, 9ème Dan Aikibudo FIAB, 7ème Dan de Katori Shinto Ryu. En Alsace, le Katori Shinto Ryu est placé sous la direction Technique de Paul Patrick Harmant (7ème DAN Aikibudo, 5ème DAN Katori Shinto Ryu) et de Jean Cavarelli (6ème DAN Aikibudo, 5ème DAN Katori Shinto Ryu).

En 2008,  lors de sa venue à Strasbourg, Maitre Goro Hatakeyama a décerné et remis à Paul Patrick Harmant et  à Jean Cavarelli le grade de Menkyo Okuden de l’Ecole Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu.


© C.E.R.A. 2017. Jean Cavarelli

 

 


Animé par Joomla!. Designed by: joomla themes akelos Valid XHTML and CSS.